Tuesday, December 20, 2016



Paolo
OGANDO
L1 Histoire 
   

           Travail Final : Document 3  « Ming China’s contact with the outside world » 


. La période de la dynastie des empereurs Ming (1368-1644) constitue pour la Chine une période d’affirmation du pouvoir centrale tant sur ses frontières comme sur ses côtes, mais aussi l’affirmation de son pouvoir commercial et maritime à travers  l’émergence d’un réseau de commerce international . Le document, ici présenté est une carte de l’Asie orientale et de l’Asie du Sud . Elle traite du territoire de l’Empire des Ming mais aussi des affrontements que la dynastie a subi ou entrepris . Mais également des expéditions maritimes de l’amiral Zheng He et de la participation au commerce portugais de l’Empire de Milieu , le tout, sur une durée approximative du au manque de repères chronologiques pertinents . À la vison des informations que nous offre le document, nous pouvons émettre la problématique ; Quels sont les facteurs permettant à la Chine de l’Empire de Ming d’assoir son hégémonie régionale et de participer à l’essor du commerce international de l’époque ? Nous aborderons dans un premier temps l’affirmation de la puissance chinoise au sein de ses frontières et au delà . Et dans un second temps, les impacts de l’augmentations des échanges entre les continents sur la Chine. 

C’est avec la fondation de la dynastie Ming, en 1368, suite à l’affaiblissement du pouvoir mongol , que Zhu Yuanzhang établie sa capitale à Nankin et l’éclatement de soulèvements insurrectionnels comme celui des Turbans rouges en 1351, que l’Empire des Yuan vacille et s’éteint avec la prise de Pékin par les armées chinoises . Ainsi , en 1387, Zhu décide de prendre le nom de règne de Hongwu . 
C’est précisément dans ces conditions que l’Empire décide de poursuivre ses campagnes militaires au nord de la Chine . Ces campagnes sont représentées sur la carte par les flèches marrons qui semblent indiquer la volonté des Ming de pourchasser et d’éloigner le plus loin possible la menace mongole des frontières de la Chine . Un élément important résultant du document est la construction de nouvelles fortifications aux frontières nord de l’Empire, ces fortifications continuent le prolongement de La Grande Muraille de Chine .  
Les mongols alors chassés du territoire, l’état chinois procède à la restructuration de son administration, de ses finances et de son armée de la fin du XIVème siècle au milieu du XVème . Le pays regorge alors de richesses et notamment sur ses littoraux, c’est alors que, représentés par les flèches jaunes , la Chine subit de nombreux raids pirates qui dévastent les côtes de la Mer Jaune . Les flèches semblent toute provenir du Japon laissant penser que les pirates étaient uniquement japonais . Ces pirates nommés «wakô » étaient en réalité composés également de coréens et de chinois . L’empereur fit déplacer des millions de personnes loin des côtes vers les terres intérieures, et décida alors de créer une puissance maritime capable d’endiguer ces raids.  

La flotte chinoise se développant intensivement dès le XVème siècle, l’empereur Yongle décide alors d’entreprendre des expéditions à travers les mers asiatiques . C’est avec l’avènement de l’amiral Zheng He, un eunuque musulman de la cour de l’empereur, que la flotte chinoise entreprit 7 expéditions qui conduisit l’Amiral à étendre l’influence chinoise sur le continent. La carte représente, avec les flèches violettes, les principales expéditions qui le conduisit du détroit de Malacca aux côtes Tanzaniennes ( non présent sur la carte ) en passant par l’empire Mughal entre 1405 et 1433. Cette expansion diplomatique et prestigieuse de la China lui apporta une grande influence sur les puissances locales et régionales. La Chine, à travers ces expéditions, repousse alors ses frontières et commence alors à s’ouvrir réellement aux puissances étrangères , elle participe dès lors à un vaste commerce maritime avec l’Orient facilité par les expéditions de  Zheng He, un musulman, dans la péninsule arabique. Mais la Chine va être conforté aux puissances occidentales ibériques qui dominent les mers de l’Ouest . C’est le cas notamment, du royaume du Portugal, qui pendant le XVIème siècle, le siècle des grandes découvertes,  va repousser les limites de la navigations dès 1488 en franchissant le cape de Bonne- Espérance, aborde les côtes indiennes en 1498, et obtient un comptoir commercial en Chine à Macao en 1510. C’est ainsi que la Chine participe à l’essor de son commerce avec la puissance portugaise, qui représenté avec les flèches rouges, tissera son réseau commercial jusqu’au Japon. Cet afflux d’échange permit le développement de la puissance chinoise au profit de son immense marine et désormais de son influence maritime  qui tend à devenir international. Ces phénomènes de rencontrent entre les peuples constituent la toute première phase d’un commerce international impliquant des puissances présentent sur tous les continents. En effet la Chine est un point stratégique du commerce mondiale de l’époque étant sur la Route de l’Orient, proche des Côtes indiennes, et aux portes du nouveau monde et notamment des possessions européennes sur les côtes de la Nouvelle-Espagne.  


Conclusion 

Le document 3 nous apprend à travers ses multiples figurés , les éléments de la montée en puissance de l’Empire du Milieu désormais à travers le monde. L’affirmation du pouvoir central qui fait face à de nombreux conflits amène celui-ci à developper une marine militaire et commercial qui étendra l’influence de la Chine par delà mers. Cette influence se retrouve encore aujourd'hui dans les restes des monnaies chinoises retrouvées aux quatre coins des côtes de l’océan indien et de la mer de Chine. Malheureusement, les faiblesses de précisons géographiques et de datations de la carte nous empêchent de de comprendre précisément la chronologie des différents événements et les liens qu’ils entretiennent . D’autant plus que la capitale sur la carte est Nankin, alors que Pékin devient la capitale de l’empire en 1421 alors que le commerce portugais n’apparait qu’au début du XVIème siècle . Néanmoins le document répond parfaitement à la problématique en exprimant la volonté hégémonique des empereurs de la dynastie Ming , dans une quête d’influence, de prestige et de richesses, de contrôler la région et d’entrer son tissu commerciale et diplomatique autour du globe.  

No comments:

Post a Comment