Tuesday, December 20, 2016

La peinture s’agite de la prèmiere partie de l’ouvrage attribué à Gu Honzhong intitulé « Festivités Nocturnes de Han Xizai ».
 La peinture originale possède 28.7 x 335.5 cm  et est fait pour être contemplé de droite à gauche, marque importante du travail de Gu Honzhong.

Dans cette première partie on voit que le public écoute attentivement la musique, joué par une femme. On voit des hommes habillés de façon similaire, en noir. Cependant,  assis sur le canapé il y a Han Xizai en noir avec la barbe et un chapeau haut sur la tête et, à son côté, un homme habillé en rouge, appelé Lang Can, un étudiant placé en premier dans le plus haut concurs impérial. Selon des registres, la femme que joue l’instrument est la soeur de Li Jiaming, assistant directeur du Teatre Imperial et de l’Academie de Musique, qui est assiss à sa côté. La fille habillée en blue claire est Wang Wushan, une danceuse qui servaiet Han Xizai. L’home debout derrière elle est Shu Ya, un étudiant de Han Xizai. Assis auprès la table il y a Chen Zhiyong, un official chargé des rituels et son étudiant Zhu Xian. 1
L’ambience est festive, avec des repas, bols et carrafes sur la table.
À l’êxtreme droite de la peinture il y a un type de lit et quelqu’un semble être couché sous la couverture rouge.
 Gu Honzhong a vécu entre les années 910-980 pendant la période des Cinq Dynasties. La peinture est un rouleau de peinture et encre sur la soie. Il y a des registres de que l’original de cette peinture est disparue et une copie est localisé au Palace Museum à Pekim, mais tele afirmation n’est pas confirmée 2
Han Xizai était un un official des Tang du Sud né en 902 et mort en 970 . Il a vécu grande partie de sa vie dans la court oú il était associé à nombreuses polémiques. 3
  
En analysant l’image on voit que ces femmes interpreteient un role spécial dans la societé.
  A partir de cette premisse,  quel était le status des concubines durant la dynastie Song?

D’abord on analyse que pour les femmes que n’éteient pas des concubines  que les filles parteint de leurs maison quand elles se marièrent. Quand elles avaient le premier fils, les mêmes pouvaient evéntuellement aquérir une position de respect dans la famille des maris et traités d’ancestralles par ses fils et grand fils. Femmes étaient moins involve dans la politique et souvent dans les rue. La societé était contre le marriage de femmes viudes.  D’autre côté les femmes avaient un droit aux proprietés resonnaibles et les femmes âgées avaient souvent une certe position de prestige dans leur familles.
Concubines
Les concubines éteient des femmes qui habiteient aussi au palais impérial mais très inferiéures à l’imperatrice. Des impereurs, hautes fonctionnaires et des hommes avec pouvoir et richesse avaient des concubines pour avoir des enfants et hérétiers mais aussi pour afirmer leur pouvoir. Leur role était d’entretenir l’impereur et, éventuellement avoir leur enfants, ce qui augmenterait son status. Elles avaient un style de vie très elegant et avaient des talents comme lire des poèmes, chanter ou jouer des instruments.
Le marriage était um devoir, alors il manquait de conotation romantique. La practique du concubinage a permis pour des hommes et des femmes de se relacioner par amour.
De l’autre côtè, pour les femmes être une concubine signifiait aussi monter socialement.
Des familles pauvres présenteient leus filles à des hommes de pouvoir em espérant avoir une personne en moins à nourrir et pour amélliorer la condition de vie de ces filles.
Cependant ce type de vie impliqueient des elements comme ne pas être marriée, la sumission, elles ne pouvaient pas discutir des sujets familiaires.
Pendant la Dynastie Song  tous les changements culturals et comportamentales ont reflechi directement dans la vie des concubines. Dans cette periode leur status a changé et elles étaient moins discriminés par raport à celles de la dynastie anteriéure. Les concubines pouvaient comparaitre en plus de espaces et mêmê aux grands évenements. Il y a des registres que une famille a invité des concubines pour leur aider avec des préparations d’un marriage à Linan. Elles y jouèrent des instruments et lisaient des poèmes.

Dans les époques précedents le harém imperial n’était pas permis d’interferir dans les affaires de l´État, cependant selon des registres, les femmes ont eu une plus grande position, à cause de la sympathie de la societé elles éteint reconnues comme individues independents.
Avec le fin du régime des dynasties en Chine et l’assumption du comunisme, les practiques de concubinage éteient condenés par les comunistes qui la voient comme une decadence des practiques du capitalisme.
Aujourd’hui avec la nouvelle puissance économique de la Chine, on voit un étonnant rétour de practiques similaires, nottament dans la ville de Shenzen. Il y a des reportages et d’autres type de registres dont des jeunes femmes sont battues violentements dans les endroits publiques par des femmes plus âges, les épouses. Telles images sont registrés et mises sur internet. D’autres dont les nouvelles « concubines » -normalement seule une pour chaque homme- ont un style de vie hautement élegant.


En conclusion la vie des femmes chinoises comme concubines éteient durs mais au même temps la meilleur option possible pour certaines d’entre eux.  Certaines parce que elles n’éteient pas forcement tous pauvres, comme on voit dans la peinture il y a une femme dont le frère avaient un poste important comme directeur de theatre. La peinture de Gu Honzhong nous montre un contexte qui nous permet d’analyser l’image des concubines de façon plus detaillé et páctique.





No comments:

Post a Comment