Tuesday, December 20, 2016

Devoir final sur Document 3



Devoir Final sur Document 3

STAVONHAGEN Louis



 Le document étudié est une carte intitulée « Ming China’s contact with the outside world ». Dans un champ géographique comportant la Chine, le sud-est de la Sibérie, la Corée, le Japon et l’Asie du sud, on découvre les frontières de l’empire des Ming, son contact et ouverture avec les pays voisins ainsi qu’avec le reste du monde. En dépit du manque d’information concernant l’échelle, les années précises de certains faits décrits, nous pouvons tout de même voir les expéditions maritimes menées par les Ming, ses affrontements dans le nord avec les mongoles ainsi qu’avec les japonais et sa présence dans le circuit d’échange portugais. Suite à une étude de cette carte, comment peut-on dire que l’ouverture de la chine au monde extérieur a contribué à sa chute. Dans un premier temps nous allons voir la réaffirmation et l’ouverture des Ming au point international, puis comment cette ouverture a déstabilisé la dynastie et l’entraine dans une chute libre.  

  La dynastie des Ming débute en 1368, suite à la révolution paysanne, due à des catastrophes naturelles, impliquant aussi les Turbans Rouges et les Lotus Blancs qui a repoussée les Mongoles jusqu’en Manchourie. La Manchourie demeure sous le court règne des mongoles jusqu’en 1387. Les flèches marrons placées au nord de la Chine en direction des terres Mongoles représentent les 5 campagnes de l’empereur Yong Le des Ming contre les mongoles suite à son arrivée au pouvoir. Ces campagnes, toutes victorieuses, ont permis à la Chine de se réaffirmer face aux pays voisins, en montrant leur puissance militaire qui ont effrayés les Mongoles durant les 5 campagnes militaires entre 1409 et 1424. Les voilà puissants dans leur réputation, les Ming engagent alors des campagnes d’explorations.
  Représentées par les flèches bleues sont les routes empruntées par Zheng He, l’eunuque préfère de l’empereur Yong Le, quand il effectua ses sept voyages d’explorations vers l’Asie du sud et l’Afrique de l’ouest. Lors de ces voyages, de nombreux échanges commerciaux ont étaient effectués. Cela a entrainé la création de fortes liaisons diplomatiques avec tous les pays explorés lors des voyages de Zheng He. Cette expansion diplomatique et économique a permis aux Ming d’avoir un statut international et de faire partie d’une lente mondialisation. De plus, les Ming se sont intégrés au circuit d’échange des portugais en 1516, plus officiellement en 1557 quand le circuit desservait officiellement Macao avant Taiwan et le Japon. La Chine est désormais intégrée dans un circuit d’échanges qui parcours les côtes du continent asiatique et européen, les reliant par les échanges de produits de luxe. Cela a créer de nouveaux risques, comme les Wokou (倭寇), pirates composés d’équipages chinois, coréen et japonais qui sont représentés sous forms de trois fleches jaunes descendant du japon jusqu’aux cotes chinoises. Ceux-ci commetaient des pillages dans les zones portuaires riches. Cependant, la Chine a le monopole de la soie mais elle dépend de plus en plus sur ce circuit d’échange pour une matière banale qui lui est chère.

  L’un des principaux moyens d’échange et fiscaux dans la chine des Ming fut l’argent en lingots ou en pièce. Elle était indispensable dans les transactions et dans les taxes : les paysans chinois devaient échanger leurs pièces en bronze contre de l’argent pour payer leurs taxes. Cependant, l’argent que la Chine utilisait était issue principalement de ce circuit d’échange portugais. Mais, lorsque le roi d’Espagne, devenu progressivement le premier pays producteur de lingots d’argent, a décidé de garder le monopole de l’argent et de lancer les campagnes pour fermer les chemins d’approvisionnement d’argent illégaux des chinois qui partent de la Nouvelle-Espagne (l’Amérique centrale), la chine n’avais plus de sources autre le circuit portugais qui approvisionnais les Ming de l’argent japonais. Enfin, ce circuit s’effondre au 17eme siècle quand en 1639, le nouveau régime Tokugawa du japon prend place et cesse tout export d’argent. Cela résulte en une faillite du système économique chinois qui dépendais trop de l’argent, suivies de révoltes paysannes a nouveau car ils ne pouvaient plus vivre en étant contraint d’acheter de l’argent très rare et cher juste pour payer leurs taxes les rendant incapables de se nourrir.
  La chute de la dynastie des Ming est aussi due à un autre facteur représenté dans la carte par une flèche jaune se dirigeant vers la Corée du sud. Ceci étant l’invasion évitée de la Corée par l’empire de Tokugawa. Ces tentatives d’invasion de l’an 1592 a 1598 ont nécessitées l’intervention de l’armée chinoise a chaque reprise pour soutenir les Coréens dans des batailles couteuses et longues. Ceci a couté très cher à la Chine et a provoqué des chocs économiques qui ont entrainé la chute de l’empire des Mings suivant l’invasion des manchous pour créer la dynastie des Qing.
  Ainsi se termine la dynastie des Ming.

  Cette carte nous montre donc les évènements majeurs apparurent durant le règne de la dynastie des Ming constituant son intégration dans un réseau mondial et son affirmation face aux Mongoles, et aussi certains éléments qui conduirons cette dynastie a une chute complète. La durée couverte est désormais trop importante pour en faire une simple carte.
  « Ming China’s contact with the outside world » nous illustre avec de simple flèches des évènements malheureusement trop complexes. Elle nous montre les éléments historiques sans précisions d’échelles, de dates des évènements majeurs, ni de données importantes comme la constante présence menaçante des manchous ou les chemins d’échanges terrestres. Néanmoins nous pouvons toujours voir en quoi la dynastie des Ming était brièvement impliquée dans une mondialisation courte. Mais pouvons-nous constater que cette chute fatale de l’empire des Ming était due à cette tentative de mondialisation peut être trop tôt dans l’histoire des savoirs économiques pour pouvoir fonctionner correctement.


No comments:

Post a Comment