Tuesday, December 20, 2016

Devoir final : Analyse de Texte – Extrait des Entretiens de Confucius





Camille Owona
LLCER Chinois - L1

Le document porté à notre attention est un extrait du Chapitre deux du livre « Entretiens de Confucius », il est une compilation de discours de Confucius et de ses disciples ainsi que de discussions entre eux.  Il est question de quatre paragraphes dans lesquels Confucius a toujours la parole sous la dénomination « Maître ». A la suite de cette remarque, peuvent découler de nombreuses questions notamment quel a été le but réel de Confucius durant son existence sur terre. Dans un premier temps nous verrons qui était Confucius et dans un deuxième temps nous mettrons en exergue la finalité du sens de cet ensemble de textes qui constituent notre extrait.

 Né dans l'État de Lu (actuelle province du Shandong), Confucius aurait vécu à une période où les empereurs de la dynastie des Zhou avaient perdu leur autorité sur l'ensemble du pays. Du personnage historique, on sait seulement qu'il est issu d'une famille noble déchue – ses ancêtres auraient appartenu à la maison ducale de l'État des Song. Après une jeunesse passée dans la pauvreté, Confucius occupe de hautes charges dans le gouvernement de l'État de Lu, comme ministre de la Justice et comme ministre intérimaire. Il s'illustre par la médiation qu'il entreprend au moment où le prince de Lu entre en guerre avec le prince de Qi. Malheureusement, sa vie politique sera brève. Vers 496 avant J.-C. , il doit s'exiler, par suite d'une intrigue politique. Il voyage alors d'un État à l'autre, espérant réaliser son idéal de réforme politique et sociale. Après treize années d'exil, il rentre dans l'État de Lu et y meurt peu après. La petite cité de Qufu, où il serait inhumé, est redevenue un haut lieu de pèlerinage.
En réalité, Confucius connaît le sort des intellectuels de l'époque – celle des « cent écoles » philosophiques –, se déplaçant de principauté en principauté pour proposer, sans réussite durable, ses services de conseiller à différents seigneurs. Mais aucun d'entre eux ne mettra réellement en pratique ses idées. Son enseignement, en revanche, se propagera grâce à de nombreux disciples, qui compileront, après la mort du Maître, un recueil de ses préceptes : le Lunyu (« Entretiens »). La tradition veut qu'il ait classé et arrangé les Classiques qui existaient de son vivant. Il est en revanche très improbable qu'il ait pris part à leur rédaction.

A une époque où tous les grands problèmes sont d’ordre politique, Confucius qui très jeune se consacre à la recherche du savoir propose une solution centrée sur la formation de l’homme par l’éducation : éduquer l'homme, aussi bien celui qui gouverne que celui qui est gouverné. Pour sauver la société, il faut d'abord sauver les hommes.
Néanmoins son plan ne se limite pas à ça. Il propose également une gouvernance par la vertu. Et c’est effectivement ce sur quoi porte ces extraits du chapitre 2 qui nous sont présentés. La vertu ne saurait être imposée de l'extérieur ; au contraire, c'est une force innée que nous pouvons découvrir en nous-même. Former l'homme, c'est réveiller cette force intérieure et la développer. Confucius appelle cette qualité le ren. On traduit ce terme de différentes façons : amour, altruisme, bonté, humanité, vertu parfaite, etc. La difficulté de lui trouver un équivalent tient au fait que Confucius lui-même l'emploie dans des sens très différents.
Le ren est l'essence de l'homme. Confucius ne l'affirme pas, mais sa pensée philosophique l'implique. En général, quand le Maître parle de l'homme qui possède le ren, il veut dire celui qui est conscient de le posséder et a, par conséquent, l'ardent désir de se perfectionner tout en aidant les autres à se perfectionner. Le célèbre aphorisme « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu'on vous fasse » est l'aspect négatif du ren, que Confucius nomme shu. L'aspect positif du ren est « Faites aux autres ce que vous voulez qu'on vous fasse », que Confucius nomme zhong.

En définitive nous dirons que Confucius fut un acteur important dans l’histoire Chinoise. Il a été pionnier d’une révolution qui a influencé le devenir chinois même de nombreuses années après sa disparition. Néanmoins ce que nous déplorerons est le manque d’informatons sûres que nous pouvons trouver sur lui.






No comments:

Post a Comment