Tuesday, December 20, 2016

BERENGER Y. - Extraits de textes de Confucius

Document : Extraits de textes de Confucius

Kǒng Zǐ, de son nom Confucius traduit en langue latine, peut être considéré comme l'égal de Jésus dans les mondes occidentaux grâce à son impact sur les peuples et dans l'Histoire. A l'époque des Zhou (771-256 av. J-C) la réflexion, les idées et les actions de ce penseur Chinois lui ont permis de se détacher de façon significative des autres philosophes et penseurs de l'époque dont il était l'inspiration.
D'après les extraits du chapitre II des textes Confucéens, il serait intéressant de connaître la vision et la réflexion de Kǒng Zǐ concernant la totalité des individus nécessaires à la formation d'un Empire.
Tout d'abord nous étudierons la vision portant sur les individus de classe sociale élevée; puis nous expliquerons la réflexion faite autour des classes constituant le peuple ; pour finir par le lien entre ces catégories.

En effet, un Empire est constitué de dirigeants et de dirigés. C'est pourquoi Confucius s'applique à décrire leurs attitudes.
Dans le premier extrait « l'étoile polaire » représente l'Empereur tandis que « les autres étoiles » représentent les autres fonctionnaires et le peuple. La force du gouverneur passe par sa vertus qui lui permet de donner « de bons exemples » et ainsi se présenter comme un individu sûr de lui et bon. C'est pourquoi je pense que le proverbe chinois « La sérénité dans le désordre est un signe de perfection » traduit le message de Confucius.
Dans le second extrait il s'agit des odes du Cheu King qui est un livre reprenant de nombreux chants concernant la bonne conduite. Je pense que l'unicité de la pensée Confucéenne est très bien traduite par les « trois cents » chants qui se définissent par une seule et même idée. Cette philosophie place le chant et la musique dans une position importante au sein des pratiques car cela amènerait la joie et l'harmonie. D'ailleurs, l'étymologie du caractère chinois pour le mot « aimer » représentent des bouches et des mains tapant sur un tambour, c'est-a-dire la chanson.
Un empereur et son entourage représentent une influence conséquente de par leur actions au sein de l'Empire. Mais dans un Empire, la masse dominante est bel est bien le peuple.


Le peuple reste la force de l'Empire depuis toujours et encore aujourd'hui.
La bonne santé morale de cette masse passe par le questionnement personnel puis par l'accomplissement au sein d'une organisation. Si l'ont regarde de plus loin cette idée, la pyramide de Maslow traduit parfaitement les besoins de l'individu et Kǒng Zǐ le mode d'emploi.
En effet, personne ne naît parfait c'est pourquoi un apprentissage est nécessaire pour apprendre à devenir libre sans se laisser tomber dans le vice comme de nombreux d'Empereur ont déjà fais. Le dernier extrait (II.4.) pourrait se rapporter à l'idée principale de Mensus (successeur de Junzy), celle de cultiver la vertus tout au long de sa vie.
L'empereur éduque son peuple et créé une organisation stricte encadrée de lois. D'après ce troisième extrait (II.3.) l'utilisation de « châtiments » comme outil d'éducation permettra de faire avancer le pays mais ne signifie pas que le peuple est vertueux. Une surveillance constante serait nécessaire car les individus, oppressés, n'agirons pas de manière à prouver leur bonté mais simplement en faisant le minimum et sans ressentir « aucune honte ». Cela limite la créativité et la motivation du peuple. 
Alors que si le gouverneur agis lui-même en personne vertueuse, organise le peuple de façon à ce que chaque personne trouve sa place dans cette organisation alors le peuple sera épanouie et vertueux. Il saura reconnaître une mauvaise conduite quand il en voit une et ne la reproduira pas.
La distinction entre le bon et le mauvais s'apprend, se cultive et se transmets.


Au sein d'une organisation telle qu'un Empire chacun à un rôle à jouer et les liens entre le pouvoir absolu et le petit peuple se font à la façon d'un entonnoir.
L'apprentissage d'une bonne personnalité se fait au travers d’œuvres écrites ou au travers de chants pouvant être écouté, compris et transmis par tous. C'est pourquoi les lettrés transmettent ces outils d'éducations au pouvoir Impérial étant assez éduqué pour comprendre et reproduire ce qui est écrit.
Le gouverneur, en usant de bonnes techniques et attitudes à l'encontre d'obstacles projette l'exemple sur son peuple et inspire le respect et l'admiration en se présentant comme leader du peuple, c'est-à-dire la bonne personne à suivre.
Quant à la plus petite échelle, celle de la personnalité de chaque individu, un travail sur soi est de mise. Le but est de connaître ce de quoi est fait notre « je », notre personnalité et par la suite de la modeler de façon à ce qu'elle respecte les lois et soit perpétuellement sur le chemin de l'amélioration. Le gouverneur est le pilier, les lettrés et autres sont des vecteurs et le peuple est l'énergie. L'harmonie de ces trois forces se fait de façon naturelle car la Nature joue un rôle très important dans cette philosophie.


Pour conclure, j'avance l'idée que le Confucianisme est une méthode philosophique pour servir les besoins d'un Empire et une petite partie ceux du peuple, bien que cette religion ait constitué un élément majeur à la survie de l'organisation de la Chine. Néanmoins, ce mouvement philosophique en a inspiré de nombreux autres dont celui du Taoïsme bien qu'il soit assez différent : le taoïsme inculque l'abstinence du libre arbitre dans certaines situation car l'Empereur à lui seul le devoir et le droit de laisse cours à sa propre pensée pour enfin diriger son peuple. Alors que le Confucianisme se rapproche de l'idée de l'évolution Naturelle en expliquant ouvertement à chacun que la vertus se trouve en nous et que tout le monde en est pourvu, il suffit de la travailler tout en restant dans les rangs de l'organisation de l'Empereur pour assurer une prospérité et une harmonie digne de la bonté des individus de l'Empire.

Tout de même, aujourd'hui nous pouvons affirmer que la Chine est un pays fort et que, malgré ses inégalités, arrive à rester unis face au monde.  

No comments:

Post a Comment